La compagnie.

Les petites cellules chaudes

C’est en cherchant à entrer en contact avec l’autre que notre démarche prend forme. C’est là le coeur de notre travail exploratoire. Sur le net d’abord, par des sites de réseautage aléatoire comme “chatroulette”, et puis avec le spectateur; soit directement ou encore par les informations publiques dont nous disposons par internet. Finalement, nous cherchons à entrer en contact avec nous-mêmes, avec notre propre intimité. Se commettre soi, devant l’autre, pour montrer.

L’incubation

Nous nous sommes rencontrés autour de l’idée imposée des médias sociaux. Froid et convenu. Et puis non, il s’agissait plutôt de nous, de l’image que nous construisions, de notre besoin irrépressible de trouver une façon de nous rendre vers l’autre. Mais pour lui dire quoi ? Pour lui montrer quoi ? Qu’avons-nous donc à exhiber de façon si essentielle, si pressante, si généralisée ? Peut-être simplement notre peau. Peut-être aussi son envers. Accrochés à nos écrans, dans l’urgence, nous avons donc cherché l’autre pour lui montrer quelque chose de nous, n’importe quoi, avant qu’il ne soit trop tard pour l’intimité.

L’éclosion

La naissance des petites cellules chaudes s’est faite en juin 2011, dans le cadre des Laboratoires du Théâtre français du CNA. Cette année-là, l’objet du laboratoire était la création théâtrale et son superviseur Claude Poissant a décidé d’articuler les 10 jours d’exploration autour du thème des réseaux sociaux. Les premiers pas cherchait à trouver la théâtralité de ces nouveaux médiums de communication. Rapidement, il est devenu clair que le groupe allait trouver son matériau le plus riche dans la sincérité, dans l’absence presque absolue de fiction. À la fin de ses 10 jours, n’ayant qu’effleuré ce thème infiniment riche, le groupe a choisi de poursuivre sa démarche exploratoire pour présenter un an plus tard au OFFTA IShow, ou je m’occupe de transférer le message à Chanda.

Mandat

Les petites cellules chaudes ont pour mandat d’explorer la réalité actuelle de la communication. Cette réalité s’exprime d’abord à travers les technologies qui ont complètement modifié le paradigme du rapport à l’autre, et cela en moins de 2 décennies. Sans jugement, sans a priori, nous tentons de transmettre au spectateur des tableaux qui font état de ces changements qui sont maintenant chose du quotidien. Notre but est de susciter une réflexion sur l’utilisation actuelle de ces médiums et de la notion d’espace publique et privé.

 

Équipe.